Le Physioscan est un décodeur-analyseur qui détaille l’énergie des tissus et des organes du corps. Il s’agit d’une technologie de "bilan global de santé" la plus avancée qui soit actuellement disponible en ce début de 21ème siècle. 

 

Le Physioscan effectue l’analyse spectrale des vortex de champs magnétiques dans le tissu vivant. Basé sur un biofeedback de l’information cellulaire, l’appareil est capable d’enregistrer l’énergie de plus de 260 cibles corporelles (cellules, tissus, organes, systèmes ostéo-myo-articulaire, nerveux, circulatoire, respiratoire, digestif, hormonal, etc…), puis il montre l’ensemble sur une image.

 

Chaque organe et chaque tissu ont leurs propres spectres de fréquences. Ceux-ci sont stockés dans la mémoire de l’ordinateur et peuvent être affichés à l’écran sous forme d’un graphique qui présente les conditions de l’information échangée entre l’organe et son environnement. Cette représentation graphique de l’organe ou des tissus, voire des cellules, recense des symboles colorés (échelle de 1 à 6) qui montrent le degré de tension et l’endroit précis du déséquilibre énergétique de l’organe.

L’interface fonctionne par l’intermédiaire de collecteurs magnétiques montés sur des écouteurs. 

L’évaluation énergétique d’un organe ne prend que quelques secondes.

Grâce au Physioscan, les maladies en cours de développement, dites

« potentielles », peuvent être détectées avant même l’apparition des symptômes. 

Ce principe est basé sur la supposition que tous les organes ont des fréquences de vibration caractéristiques lorsqu’ils sont sains et que la maladie est la réponse naturelle du corps à la tension.

La tension entraîne une modification de la fréquence de l’énergie qui affecte l’état de santé d’un organe et modifie son état vibratoire.

La modification de la fonction d’un organe est entraînée par l’augmentation ou la diminution de ces vibrations causée par un élément chimique, mécanique ou thermique exerçant une tension.

Le PhysioScan est un analyseur biophysique d'évaluation et de régulation de l'homéostasie neurophysique (équilibre des champs électromagnétiques du système nerveux central) dont le but est d’investiguer et de corriger les champs vibratoires d’informations subtiles émis par l’organisme humain en passant par le cerveau (en anglais : brain-machine interfaces)

 

Cette technologie de pointe repose sur des travaux scientifiques russes et la mise en application des lois mathématiques de la fameuse

« théorie du chaos » et des « systèmes dynamiques non linéaires » (NLS).

Elle intègre également des technologies issues de la physique quantique, initialement développées (au moyen des méthodes de biofeedback et de biorésonance) pour le suivi sanitaire des missions aérospatiales.

Basé sur l’identification des bio-fréquences humaines, le PhysioScan permet de réaliser un bilan rapide et très précis du niveau énergétique (degré d’entropie) des différents systèmes qui déterminent l’équilibre de l’individu.

 

Le bilan numérisé obtenu apporte de nombreuses et précieuses informations qui permettent au praticien de cibler rapidement et efficacement son action 

L’appareil dépiste puis corrige en 2 phases : 

 

- d’abord par méta-résonnance, c’est-à-dire par ré-information fréquentielle, via des fréquences élec- tromagnétiques spécifiques qui stimulent le processus d’autoréparation.

-  S’ensuit la correction du déséquilibre par bio-résonance. 

Au fur et à mesure que les déséquilibres sont corrigés, les pictogrammes se modifient.

 

Les effets sur l’organisme 

 

Le Physioscan permet de dépister les déséquilibres énergétiques pouvant mener à des maladies et les corriger, harmoniser le terrain, soulager certains maux. Arthrose, douleurs inflammatoires, acouphènes, problèmes intestinaux, fatigue et insomnies, la liste est longue.

Après une séance, le patient peut ressentir une fatigue profonde et un besoin de dormir. Les cures se font à raison d’une toutes les 3 semaines. 

Physioscan et Miltapod

Le PhysioScan envoie une information d’harmonisation de type sonore, via un casque d’écoute. Le cerveau utilise cette information pour rétablir une meilleur syntonie énergétique.

Dans certains cas, lorsque la perturbation est d’ordre psychosomatique, le cerveau peut éventuellement empêcher cette transmission.

Lorsque la perturbation est dûe à un conflit émotionnel, en raison du stress psychologique, le cerveau ne transmet pas correctement les informations reçues par la «méta-résonance». Il agit comme un filtre et atténue notoirement la tentative d’équilibration.

Le PhysioScan envoie une information d’harmonisation de type sonore, via un casque d’écoute. Le cerveau utilise cette information pour rétablir une meilleur syntonie énergétique.

Dans certains cas, lorsque la perturbation est d’ordre psychosomatique, le cerveau peut éventuellement empêcher cette transmission.

Lorsque la perturbation est dûe à un conflit émotionnel, en raison du stress psychologique, le cerveau ne transmet pas correctement les informations reçues par la «méta-résonance». Il agit comme un filtre et atténue notoirement la tentative d’équilibration.

 

La science a montré que nos cellules perçoivent des informations d’ordre chimique (hormones, substances actives circulant dans le sang) mais elles sont aussi sensibles aux informations électromagnétiques contenues dans les ondes (Travaux du Dr. Fritz A.Popp), c’est ainsi qu’elles communiquent entre elles. 

Il est possible d’envoyer directement à la cellule l’information, sans passer par le cerveau qui peut, dans certain cas faire barrage.

Il est ainsi possible de contourner ce barrage et d’appliquer l’information directement sur la zone concernée. Pour cela, l’information contenue dans la «méta-résonance» est transférée sous forme de message fréquentiel à la lumière grâce à une technologie dont est équipé le MiltaLed.

La pratique clinique montre que lorsque l’information parvient à la fois par le casque d’oreille via la méta-résonance du physioscan et l’émetteur MiltaLed (sous forme d’onde électromagnétique informée), l’harmonisation gagne en puissance.

Cette association marque une avancée importante dans les moyens mis en oeuvre pour aider un patient à réguler son homéostasie. Elle associe en effet l’énergie apportée par la lumière à l’information organisatrice pour aider les processus d’autopoièse à retrouver leur fonctionnement optimal.

 

Le Milta est  un appareil d’émission magnéto-infrarouge-laser à faible intensité. Sa biotechnologie donne la possibilité aux praticiens de la santé d’utiliser les propriétés thérapeutiques de la lumière pour compléter leur pratique quotidienne.

Antalgique, anti-inflammatoire, restructurant, cicatrisant et immunostimulant, le MILTAPOD est issu des principes fondamentaux de la médecine quantique, il est destiné à des traitements physio-thérapeutiques ainsi qu'à la prévention de pathologies grâce à l'action synergique d'émissions d'un laser à faible intensité (soft laser) associé à un émetteur photonique (infrarouges et polychromatique) ainsi qu’à un champ magnétique constant (tunnel magnétique circulaire).

MiltaLed est un appareil de Photothérapie unique. Il apporte et amplifie l'énergie (ATP) au coeur de chaque cellule par un processus photonique (lumineux) afin d'accélérer les processus d'autorégulation et d'auto-guérison de l'organisme.

 

La lumière est porteuse d’énergie mais aussi d’information.

Le MiltaLed offre non seulement la possibilité d’activer le métabolisme cellulaire grâce à une émission photonique spécifique mais offre également la possibilité de capter et de transférer une information vibratoire directement aux tissus éclairés. 

Cette information de type électromagnétique peut ainsi atteindre directement la zone traitée par le MiltaLed.

Thérapie Quantique et PHYSIOSCAN

Nous suivre

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - White Circle

​© 2020 par Holinat. Créé avec Wix.com